ANTHROPOLOGIE biblique

 

Anne-Marie Pelletier

Débats éthiques, sagesse biblique

Salvator, Paris, 2018

Présentation :

Révision des lois de bioéthique, phénomène migratoire de masse, crise écologique planétaire... Sur ces sujets d'actualité brûlante, la Bible offre-t-elle un réservoir de sens ? Peut-elle aussi inspirer un style d'action aux chrétiens impliqués dans les débats en cours ? A quelles conditions leur engagement peut-il être crédible et efficient ? A ces questions, on a tenté de répondre en s'appuyant sur la conviction que les Ecritures peuvent éclairer puissamment la " crise de l'homme " que traverse notre civilisation. Ce faisant, et parce que la sagesse biblique se veut en lien avec l'universel, on a cherché à montrer que la défense de la vie et de l'humanité est un combat où la voix des chrétiens peut rejoindre nos contemporains.

Extrait :

Les chrétiens ne sont pas seuls ! Ils seraient parfois tentés de s’enfermer dans l’idée qu’ils le sont. Non sans quelque délectation morose à l’occasion. Etre les derniers remparts d’humanité dans un monde de cyborgs sans boussole... Cette pensée peut mobiliser, mais elle engendre surtout des va-t-en-guerre. Et, non moins grave, elle occulte une réalité qui aurait besoin de leur clairvoyance et de leur parole pour réchauffer nos sociétés. Car s’il est vrai que ce qui fait la solidité de notre tissu d’humanité tient aux gestes ordinaires de la petite bonté sans phrase et sans emphase qui s’exerce dans le quotidien de la vie, alors notre moment n’est pas si désespéré. N’oublions pas Mt 25 ! Dieu a en ce monde un peuple qui lui est acquis, puisque le Christ y reconnaît les siens, tout surpris de l’avoir servi en servant les pauvres et les malheureux. Une foule d’anonymes sur la brèche, sans rêve de puissance ou de reconnaissance, qui fait que cette terre reste habitable, en dépit de tout. Et qui constitue la preuve que la résistance de l’humanité au mal est plus grande que l’allégeance qu’elle lui fait. Une humanité qui, sans le savoir, tisse l’histoire jusqu’au terme où Dieu l’attend.