Le blond : un indémodable

Vivamus et faucibus mauris, vel commodo mauris. Nulla mattis sed justo eget sagittis. Vivamus sollicitudin ultrices vehicula.

 

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Pellentesque est libero, venenatis pellentesque luctus vel, cursus a felis. Vivamus a libero felis. Aliquam molestie aliquet justo, vitae pretium lorem dictum vel. Nulla sit amet lobortis odio. Mauris eu luctus turpis.

Citation lurabitur condime intumirum dolori lorem bibendir amendis se elementum, libero sed consectetur dictum, sapien orci fermentum turpis, eget suscipit nulla nunc sit amet ipsum

Auteur de la citation Fonction de l'auteur
  •  

Exégète et théologienne

Anne-Marie Pelletier, née en 1946, est agrégée de lettres modernes et docteur en sciences des religions.  

Tout son parcours est inspiré du triple intérêt qu’elle porte à la littérature, à la poétique biblique et à l'herméneutique. 

 

Publications récentes

 
 

Bibliographie d'Anne-Marie Pelletier

Une recension des principales conférences d'Anne-Marie Pelletier, ainsi que de ses ouvrages et articles publiés, est disponible en PDF et téléchargeable ici.

Quel discours humain imaginer pour dire cet infigurable divin qui conjoint, au-delà de l’expérience et des mots, la distance et la proximité, ce mystère dont Israël déjà fait l’expérience dans l’obscur compagnonnage de l’alliance ? C’est à cette question que peut être reliée, nous semble-t-il, l’intrigante pluralisation de l’Écriture, dont l’exégèse ne cesse d’accentuer l’évidence. « À qui veut “dire Dieu”, savoir “ne pas dire” est une nécessité vitale », prévenait avec une sagesse très biblique Paul Beauchamp. Dire au pluriel l’unique vérité de Dieu ne pourrait-il être justement l’aveu salutaire de cette vérité ? Car, au-delà de la formule célèbre de Wittgenstein affirmant précisément que « ce qui ne peut se dire doit se taire », il se pourrait aussi que la Bible vienne prendre le risque de dire. Sur un mode, qui signifie que cela ne peut se dire… Tout en devant se dire, pour que passe quelque chose de la vérité dont la vie de l’humanité a besoin. Et dont l’excès que porte le pluriel serait justement une expression privilégiée.